Intoxication au plomb et responsabilité du syndicat des copropriétaires

Publié le : 13/09/2022 13 septembre sept. 09 2022

Doté de la personnalité morale, le syndicat des copropriétaires peut voir sa responsabilité civile ou pénale engagée, dès lors qu’il est à l’origine de préjudices causés sur des tiers, et notamment sur les occupants de l’immeuble. 
Classiquement, le syndicat des copropriétaires est poursuivi pour des défauts d’entretien, mais plus largement, sa responsabilité peut être recherchée dès lors qu’il manque aux obligations que la loi lui impose, parmi lesquelles figure la garantie d’absence de plomb dans les parties communes, comme l’a récemment rappelé la Cour de cassation. 


L’affaire concerne une locataire d’un logement en copropriété, titulaire d’un bail depuis six ans, dont les analyses sanguines réalisées sur son fils âgé de trois ans mettent en évidence une intoxication saturnine, et plus précisément une présence de plomb, de ses vapeurs ou ses sels, ingérés par l’organisme par voie digestive ou respiratoire. 

Par expertises technique et médicale du logement, ensuite étendue aux parties communes, il est révélé la présence de plombs dans les parties communes et l’appartement de la locataire, qui avec son mari, assignent alors les bailleurs successifs et le syndicat des copropriétaires, en leurs noms propres et en qualité de représentants légaux de leur fils mineur, en réparation de leurs préjudices. 

La Cour d’appel devant qui le litige est porté prononce la responsabilité partagée entre les parties, à hauteur de 60% pour le premier bailleur, 30% pour le second bailleur et 10% pour le syndicat des copropriétaires

Les bailleurs rejettent cette condamnation pour insuffisance de preuve quant au lien de causalité direct et certain, mais la Cour de cassation confirme le verdict de la juridiction de second degré, rappelant que cette dernière avait justement relevé que « la présence de plomb avait été mise en évidence dans le premier logement occupé par la famille et dans les parties communes de l’immeuble par l’expertise technique, et dans le second par l’agence régionale de santé. Elle en a exactement déduit l’existence d’un lien de causalité direct et certain entre la présence de plomb dans les locaux donnés à bail et l’intoxication saturnique ». 

Cette décision est intéressante en ce qu’elle met en évidence la possibilité pour le syndicat des copropriétaires de voir, de manière même minime (10%), sa responsabilité engagée en cas d’intoxication au plomb, quand bien même il n’est responsable de la présence de la substance toxique que pour les parties communes, lieux où les potentielles victimes ne font que passer. 
Ces parties communes restent des lieux contaminants qui constituent l’environnement de vie des occupants de l’immeuble. 

Piqûre de rappel pour les syndicats de copropriétaires quant à leur obligation de faire réaliser, pour les logements construits avant 1949, un diagnostic plomb, couramment nommé : constat de risque d’exposition au plomb (CREP), année où cette substance est devenue interdite pour les professionnels du bâtiment. 


Référence de l’arrêt : Cass. civ 3ème 6 juillet 2022 n°20-23.626
 

Historique

Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.